Sédentarité vs inactivité physique : Les impacts sur l’absentéisme

Sédentarité vs inactivité physique : Les impacts sur l’absentéisme

Êtes-vous bien assis? D’accord. Depuis combien de temps? Hum, probablement trop longtemps. Eh oui, si vous travaillez assis, vous avez peut-être un mode de vie sédentaire. Et la sédentarité est l’un des 10 plus importants facteurs de risque de mortalité dans le monde selon l’OMS. De mortalité, oui. Mais, une chance, c’est un facteur évitable.

Voyons comment éviter le pire pour vos employés (et vous), avec des façons de combattre la sédentarité au travail. Du même coup, ces mesures contribuent à réduire l’absentéisme dans votre entreprise. Mais commençons par une importante distinction…

Sédentaire ou inactif?

Vrai ou faux : si on s’entraîne trois fois par semaine, on n’est pas sédentaire.

Vous l’avez deviné, c’est FAUX. La sédentarité et l’inactivité physique sont deux notions différentes, avec des effets différents.

Être inactif, c’est ne pas faire assez d’activité physique d’intensité moyenne à élevée (des activités comme la marche rapide, le vélo ou la nage, et tout ce qui est plus intense). La recommandation est de 2 h 30 par semaine.

Être sédentaire, c’est avoir une faible dépense énergétique en position assise ou allongée, excluant le sommeil : regarder la télévision, travailler à l’ordinateur, être en voiture, etc.

Donc, on peut être sédentaire même si on est actif : faire de l’exercice plusieurs fois par semaine n’empêche pas de passer plusieurs heures assis dans la journée au bureau. De la même façon, on peut être inactif, mais peu sédentaire : si la journée de travail exige des mouvements, mais qu’on ne fait jamais d’activité physique plus intense. Finalement, on peut être inactif ET sédentaire – ouch! Visez plutôt le contraire avec un mode de vie actif.

L’activité physique ne compense pas la sédentarité

Comme les causes et les effets sont différents, on ne peut pas substituer l’un par l’autre. Les bienfaits procurés par l’activité physique ne contrent pas les méfaits engendrés par les comportements sédentaires.

Les études démontrent qu’il y a une relation significative entre le temps passé assis et la mortalité, toutes causes confondues. Peu importe le niveau d’activité physique.

Commencez-vous à avoir envie de vous lever pour finir la lecture de cet article? On continue.

Les conséquences d’un mode de vie sédentaire 

Selon plusieurs études, la sédentarité est associée à des maladies chroniques, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer. Plus précisément, une étude a démontré que les personnes très sédentaires (plus de 12 h par jour) ont un risque plus élevé que les personnes peu sédentaires. Ces risques sont chiffrés à :

  • 112 % plus élevé pour le diabète;
  • 147 % plus élevé pour les événements cardiovasculaires;
  • 90 % plus élevé pour la mortalité due à une maladie cardiovasculaire;
  • 49 % plus élevé pour la mortalité, toutes causes confondues.

Non seulement le risque de mortalité augmente avec le nombre d’heures de sédentarité, mais il augmente aussi avec la durée ininterrompue de ces périodes. Les conséquences de la sédentarité sont nombreuses, voire graves, et il n’est jamais trop tôt pour adopter de bonnes habitudes.

Êtes-vous debout maintenant? Bien. Voici des façons de réduire la sédentarité au travail.

Solutions pour réduire la sédentarité

C’est simple, il suffit de bouger! Mais on a parfois besoin de trucs et d’incitatifs pour casser la routine sédentaire au travail. En voici quelques-uns :

  • Ne remplir son verre d’eau qu’à moitié, pour aller en chercher régulièrement à la fontaine.
  • Mettre un sablier sur son bureau ou une alerte dans son ordinateur pour se lever toutes les 30 minutes.
  • Tenir ses réunions debout.
  • Faire ses appels téléphoniques debout ou en marchant dehors.
  • Se rendre au bureau des collègues au lieu de leur envoyer un courriel.
  • Prendre une pause active.
  • Rester debout dans les transports en commun.
  • Pour les plus courageux : placez votre téléphone cellulaire dans une autre pièce que celle où vous travaillez. Ainsi, vous devrez vous déplacer chaque fois que vous voulez le consulter. Gageons que cette méthode réduira votre dépendance à cet appareil du même coup!

En conclusion, soyez vous-même un agent de changement et combattant la sédentarité sur votre milieu de travail. Un gestionnaire qui donne l’exemple est inspirant! Vous pouvez aussi utiliser les outils ACTIZ de la section « Pour se faire voir » pour donner de la visibilité à l’importance de bouger tout au long de la journée.

Partager

Inscrivez-vous à l'infolettre

Une foule de ressources, d'outils et d'idées pour favoriser l'activité physique au travail.