FERMER

Polaire Plus : une offre d’activités physiques adaptée aux employés du milieu manufacturier

Polaire Plus : une offre d’activités physiques adaptée aux employés du milieu manufacturier

Manufacturier de vêtements à St-Félicien, Polaire Plus compte sur une quinzaine d’employés, dont une majorité sont des couturières d’expérience. Depuis quelques années, l’entreprise jonglait avec l’idée d’aménager une salle d’entraînement avec appareils dans le but de prévenir la fatigue et les blessures, d’augmenter l’endurance musculaire et de mieux gérer le stress au travail. La participation à Formule ACTIZ est venue bouleverser les plans.

Polaire Plus proposait déjà des pauses actives avec exercices ciblés, proposés par un kinésiologue. Les employées marchaient aussi pendant l’heure de lunch sur le sentier voisin de l’entreprise. « On cherche à développer une offre plus officielle, plus structurante. Nos employées sont plus sujettes à se blesser et elles sont assises toute la journée. On veut prévenir les blessures physiques et psychologiques », indique Alexandra Gosselin, directrice adjointe.

« Mon idée était de faire un petit gym, mais notre participation à Formule ACTIZ nous a amenés à sonder les employées. C’était un devoir à faire. J’ai été vraiment surprise des résultats et j’ai réalisé que ce n’est pas du tout ce qu’elles veulent. On va ajuster notre stratégie selon leurs besoins et leurs intérêts », a indiqué Mme Gosselin. L’employeur a opté pour la création d’un comité afin d’en apprendre plus sur le personnel et de recevoir leurs propositions.

« En couture, on a des travailleuses expérimentées, âgées de plus de 30 ans. Elles ne sont pas intéressées par les activités intenses, leur travail est déjà très physique. Elles préfèrent la marche, les activités plus légères. Si c’est ce qu’elles souhaitent, on va leur en offrir. »

Activité physique en entreprise : cibler les besoins des employés

Alexandra Gosselin est enchantée par sa participation à Formule ACTIZ. Elle en est ressortie avec des idées plein la tête et une motivation accrue à passer à l’action. « C’est vraiment inspirant de voir les projets des entreprises, tant du côté des mentors que des participants. Ça nous allume sur des détails qui peuvent faire la différence. Dans un balado qu’on nous a présenté, un employeur disait offrir deux heures payées à son personnel pour faire de l’activité physique. C’est intéressant. »

Alors que la stratégie d’implantation de l’activité physique en était à ses balbutiements chez Polaire Plus, Mme Gosselin a pu constater que, dans certaines entreprises, le taux de participation frôlait le 100 %, grâce à une bonne communication et à des incitatifs. « C’est encourageant de voir ça, parce que c’était une crainte : est-ce que nos employés vont suivre? »

Inspirée par un exercice proposé de Formule ACTIZ, la directrice adjointe a demandé aux employées d’inscrire sur un post-it, sans se censurer, des activités auxquelles elles aimeraient participer. « Ça pouvait être super simple ou extravagant. J’ai reçu une panoplie de belles suggestions. Cette démarche a fait en sorte qu’elles ont réellement senti qu’elles étaient impliquées. » Les demandes ont été très diversifiées : faire un potager, proposer un cours de yoga, organiser des activités de plein air, présenter des conférences sur la gestion du stress et la nutrition, offrir des ateliers de création de bijoux ou d’art. En cours de programme, le directeur général de Polaire Plus a dû s’absenter pour une durée prolongée. En raison d’une charge de travail soudainement accrue au sein de l’équipe, l’avancement des initiatives a été ralenti, tandis que la demande de soutien financier prévue (PAFEMAP) a été reportée à l’année prochaine. Un bris d’équipement a amputé les sommes qui étaient destinées à ce projet. 

Bouger au travail : club de marche, conférences et comité santé

Malgré les embûches, le manufacturier est tout de même passé à l’action pour inciter ses employés à bouger. On a formé un comité santé, responsable de l’offre d’activités physiques et de bien-être.

Au nombre des mesures instaurées récemment, on compte le club de marche avec récompenses. « Selon le nombre de minutes marchées ou le nombre de pas effectués, les participantes peuvent déposer un coupon dans une boîte. Au bout de chaque trimestre, on fait tirer des cartes-cadeaux pour de l’équipement sportif, comme des chaussures ou des vêtements. Ça fonctionne bien. On a un espace naturel à proximité et plusieurs employées s’y donnent rendez-vous sur l’heure du lunch. Il y a un engouement, un effet d’entraînement. »

À la demande du personnel, on offrira sous peu une séance d’initiation au yoga. « Si l’intérêt est confirmé, on pourra alors proposer une série de cours sur les heures de travail, en fin de journée. On sait déjà que nos employées ne veulent pas en faire le midi. Il faut s’adapter. Si elles se détendent avant de retourner à la maison et nous reviennent le lendemain matin motivées et pleines d’énergie, c’est gagnant pour tous. »

Des conférences sur les thèmes choisis seront bientôt présentées, avec création d’un groupe Facebook et possibilité d’un suivi individuel sur demande.

« Si on propose des activités liées aux intérêts et aux besoins des employées, on sait maintenant qu’elles sont motivées à bouger, dit Alexandra Gosselin. Elles travaillent fort et souhaitent, non pas s’épuiser à bouger, mais plutôt se détendre et réduire le stress grâce à des activités de loisir plus douces. On l’a bien compris. »

 Si on propose des activités liées aux intérêts et aux besoins des employées, on sait maintenant qu’elles sont motivées à bouger. 

Alexandra Gosselin, directrice adjointe chez Polaire Plus

ateliers-collaboratifs_FormuleACTIZ

Partager

Inscrivez-vous à l'infolettre

Une foule de ressources, d'outils et d'idées pour favoriser l'activité physique au travail.