Prévention du burn-out et activité physique en entreprise

Prévention du burn-out et activité physique en entreprise

Les problèmes de santé mentale sont l’un des principaux motifs de réclamations des entreprises pour cause d’invalidité de courte durée ou prolongée.¹ Le burn-out, ou l’épuisement professionnel, peut être difficile à détecter, mais on connaît de mieux en mieux les facteurs de risque grâce à de récentes études scientifiques. On peut ainsi faire de la prévention, entre autres avec la promotion de la pratique régulière d’activités physiques, qui peut moduler certains des facteurs de risque.

Qu’est-ce que le burn-out?

Le terme en français est bien plus clair : c’est un épuisement professionnel. Il ne s’agit pas d’une maladie que l’on peut diagnostiquer. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) catégorise plutôt l’épuisement professionnel comme un phénomène lié au travail.² Il n’y a pas de définition du burn-out officielle, mais on s’entend généralement pour dire qu’il s’agit d’un épuisement résultant de stress au travail chronique.

Caractéristiques du burn-out

  • Sentiment de manque d’énergie ou d’épuisement
  • Retrait vis-à-vis du travail, négativisme ou cynisme liés au travail
  • Perte d’efficacité professionnelle²

Reconnaître les signes avant-coureurs du burn-out

La façon dont les trois caractéristiques du burn-out se manifestent est très variée. Voici des exemples de comportement que vous pouvez remarquer chez un employé :

  • Se sent submergé par le travail, se dit toujours débordé
  • A des réactions émotives pour des choses sans importance (irritabilité marquée, colère, pleurs, etc.)
  • Manifeste de la démotivation
  • Fait beaucoup d’heures, mais accomplit peu de travail
  • Éprouve un sentiment d’incompétence
  • Recherche l’isolement
  • Se plaint d’une fatigue persistante
  • Présente des symptômes d’anxiété

Qui est plus à risque?

Les symptômes d’épuisement professionnel varient selon l’âge et le genre. D’après une étude, les hommes sont plus à risque au début de leur vie active, soit d’environ 18 à 30 ans. Chez les femmes, les symptômes augmentent de 20 à 35 ans, puis s’atténuent jusque vers la cinquantaine, puis s’amplifient à partir de 55 ans.³

Comment l’employeur peut-il aider à prévenir le burn-out?

Il y a de nombreux facteurs de risque associés à l’épuisement professionnel, dont certains sont en dehors du milieu de travail. Mais l’employeur peut participer en déployant des moyens de prévention.

L’importante étude SALVEO⁴ sur la santé mentale au travail, codirigée par le professeur Alain Marchand de l’Université de Montréal, a montré que les entreprises avec les plus bas taux de réclamations relatives à la santé mentale pratiquent une gestion intégrée avec un ensemble de mesures de prévention, incluant :

  • la communication avec les employés sur les facteurs de stress;
  • l’encouragement des saines habitudes de vie, comme la pratique régulière d’activités physiques et la saine alimentation;
  • l’amélioration des conditions de travail, par exemple en permettant la participation aux décisions.

Exemples de conditions à mettre en place

  • Maintenir un horaire de travail convenable
  • Éviter l’empiétement de la vie professionnelle sur la vie familiale et personnelle (conciliation travail famille)
  • Veiller à l’adéquation de la charge de travail et des responsabilités avec les capacités et la formation de chacun
  • Encourager la participation des employés aux processus décisionnels
  • Entretenir une culture d’entraide et de civilité entre collègues⁵

L’activité physique comme outil de prévention du burn-out

Selon l’étude SALVEO, la promotion de la pratique régulière d’activités dans le milieu de travail est 69 % plus susceptible de réduire les demandes de règlements liées à des problèmes de santé mentale dans les petites comme dans les grandes entreprises.⁴, ⁶

Ses effets sur la gestion du stress sont d’ailleurs déjà bien reconnus. De plus, la pratique d’activités physiques avec des collègues améliore grandement les relations de travail en développant des relations interpersonnelles conviviales et respectueuses. Vous pouvez donc l’utiliser pour améliorer les conditions au travail! L’ouverture des relations entre la direction et les employés, facilitée par l’activité physique, favorise aussi la participation des employés au processus décisionnel et augmente le sentiment de reconnaissance au travail. Une autre condition de travail importante est un horaire de travail convenable pour vos employés : vous pouvez aider à en maintenir un en accordant des mesures comme un horaire flexible ou du temps consacré aux activités physiques au travail.

Par où commencer?

La participation des employés dans la conception et l’implantation d’une initiative de promotion de la pratique d’activités physiques au travail est un atout pour sa réussite. Vous pouvez commencer par sonder les intérêts de vos employés. Téléchargez notre exemple de questionnaire ici! Puis, pensez à former un comité ACTIZ.

Découvrez aussi nos 5 idées d’activités faciles pour réduire le stress au travail.

SOURCES
1
SAIRANEN, S., MATZANKE, D., et coll. (2011). « The Business Case: Collaborating to Help Employees Maintain their Mental Well-Being », Healthcare Papers, vol.11, n°Sp, p. 78-84.
4
MARCHAND, A., DURAND, P., HAINES, V. 3rd et HARVEY, S. (2015). « The multilevel determinants of workers’ mental health: results from the SALVEO study », Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, vol. 50, n° 3, p. 445-459.
5
PELCHAT. A., GOSSELIN, V. (2013). « Prévenir l’épuisement professionnel : facteurs déterminants et pratiques de gestion efficaces », Effectif, vol. 16, n° 4.

Partager

Inscrivez-vous à l'infolettre

Une foule de ressources, d'outils et d'idées pour favoriser l'activité physique au travail.